Qu’est-ce qui se passe quand on vous enferme dans une boîte ?

Dans une pièce carrée dépourvue de fenêtres, de portes, d’ouvertures quelconques ?

Au départ vous êtes perdu géographiquement que mentalement. Les premières questions commencent à apparaître, comme :

« Qu’est-ce que j’ai fais ? » ; « Pourquoi on m’enferme ? » ; « Qu’est-ce que j’ai dis ? ».

 

Puis, vous commencez à vous contempler plus précisément qu’au départ en remarquant que vous êtes recouverte de bleues, de coups, de blessures assez graves qui avec le temps vont s’empirer.

 

Et c’est là qu’arrive les premiers agissements de notre psychologique, les sentiments qui se bousculent, n’ayant aucunes réponses à tout cela, la tête s’y perd, on cherche d’abord une échappatoire, une sortie. Alors, on gratte, on fouille, on grimpe.

Par tous ces échecs répétitifs, on ressent de la colère, la niaque de réussir « Je ne suis pas un objet ou un animal en cage ! » ; « J’ai besoin de respirer ». On continu, tout en sachant que notre ravisseur n’est pas loin, nous suit, nous sent.

On cherche par tous les moyens, même si on se vide de son sang, même si on a faim, on a soif, et qu’on est suivit de nos faits et gestes.

 

C’est là, que la colère se dissipe pour laisser place à la fatigue, à l’incompréhension qui nous amène à un vide total, à une déconnexion dégénérative.

Cette déconnexion nous amène ànous rebeller, comme si l’environnement déteignait sur nous, comme si nous en faisions désormais parti. 

 

Cette sauvagerie ne peut que nous entrainer dans une situation dangereuse sans issue. Notre ravisseur est justement là pour s’en charger, nous rappeler où est notre place.

 

Cette place qui a été créée, manipulée, bousculée dans notre subconscient involontairement car menaces après menaces nous finissions par abandonner et finalement repartir du point de départ, au questionnement sans nulles réponses.

 

« Je ne réussirais jamais si je reste planter là, mais au fait ! Pourquoi je reste planter là ? »

 

Le silence doit cesser – Margot Villa         

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *